Texte et musique : Helliott

Je te dévore à petit feu
Des yeux et du reste aussi
Je te croquerais bien un peu
Ces bouts de toi à ma merci
Y’a bien des fois où tu m’oublies
T’as bien raison, dans ton silence
Y’a bien des fois où dans ton lit
Tu rêves d’amour et de Byzance

Je sais que tu as peur des loups
Des malicieux au fond des bois
Ceux qui t’ont mordus après tout
N’ont rien de moi, n’ont rien de moi

Je sais que tu as peur des loups
Des malheureux au souffle froid
Ceux qui t’ont mordus après tout
N’ont rien de moi, n’ont rien de moi

J’oserai à peine te murmurer
Tous ces mots tendres qui t’effraient plus
Ceux qu’on préfère laisser durer
Sont-ils bien meilleurs que ceux qui tuent
Je m’battrais bien quelques secondes
Récupérer à coeur ouvert
Toutes les bêtises des cons du monde
Que t’as avalé de travers

Je sais que tu as peur des loups
Des malicieux au fond des bois
Ceux qui t’ont mordus après tout
N’ont rien de moi, n’ont rien de moi
Je sais que tu as peur des loups
Des malheureux au souffle froid
Ceux qui t’ont mordus après tout
N’ont rien de moi, n’ont rien de moi

Je peux te regarder en face
Crever d’amour la gueule ouverte
Je crois que tes matins m’enlacent
A m’étouffer sous tes fenêtres

Je sais que tu as peur des loups
Des malheureux au souffle froid
Ceux qui t’ont mordus après tout
N’ont rien de moi, n’ont rien de moi

Je sais que tu as peur des loups
Des p’tits vicieux des premiers soirs
Y’a bien des contes où certains loups
N’ont rien de moi, n’ont rien de moi

© Tous droits réservés pour tout public. Reproduction interdite.

Share